[MILK] 1 an de toi

1 an (et 10 jours)…

que le Miracle est devenu réel

que le Loutron a déboulé dans nos vies

que notre univers a changé d’axe

que notre équilibre à 2 s’est peu à peu transformé en danse à 3

que nous ne sommes pas allés au ciné

que nous n’avons pas fait de grasse mat’ 

que nous achetons des couches et des petits pots en faisant nos courses

que nous lavons et plions des petits habits au milieu des nôtres

que notre lapin ne dort plus sur ses 2 oreilles

que nous nous émerveillons chaque jour en te regardant

que nous ne nous remettons pas de la chance que nous avons

que nous t’emmenons avec nous partout où nous allons

que nous nous inquiétons à chaque cri, à chaque pleur, à chaque silence aussi

que tu as fait de nous des parents

Cupcake

(en vrai, c’était plutôt un boudoir avec une bougie plantée dessus, qui a fini noyé dans le vomi trente secondes plus tard pour cause de gastro… mais ça rendait mois bien en photo du coup ^^)

 

Publicités
Publié dans Famille, Miracle | Tagué | 15 commentaires

[MILK] Vacances 🌴

Publié dans Famille, Miracle | Tagué , | 5 commentaires

L’insupportable refrain

« Ah vous ne gardez pas ces affaires pour le deuxième ? »

Je n’en PEUX PLUS d’entendre cette phrase. Oui on se débarrasse des affaires du Loutron au fur et à mesure qu’il grandit, vendues ou données via petites annonces. On habite dans un appart sans place pour stocker des trucs qui très probablement ne nous resserviront jamais. Notre Miracle, on l’a espéré des années pour finir par ne plus y croire, à force de se fracasser à chaque espoir déçu. Alors est-ce si incompréhensible de nous voir procéder ainsi ? Est-ce trop demander de nous laisser juste profiter, de nous croire quand on raconte notre parcours ? Est-ce trop difficile de comprendre que notre Miracle en est bien un ?

« Y’a pas de raisons »

Comment doit-on comprendre cette phrase ? On est stupides ? On est paranos ? Pessimistes peut-être ? Ou juste réalistes et encore fragiles d’avoir traversé tout ça ? Encore bouleversés d’en être sortis par la grande porte ? Pourquoi ces gens se permettent-ils de nous faire la leçon ?

Le deuxième Miracle, on l’espère vaguement mais on ne l’attend pas. Et tous ceux qui se permettent de nier notre histoire, d’ignorer nos souffrances, j’aimerais qu’ils connaissent eux aussi les galères de l’infertilité, pour en prendre la mesure, puis qu’apparemment notre simple témoignage ne vaut rien.

J’ai la chance immense d’avoir mon bébé auprès de moi. Chaque jour, chaque minute, j’y pense. Et je pense à tous celles et ceux qui ne connaissent pas cette chance, qui galèrent, qui souffrent, qui espèrent encore, ou qui n’espèrent plus et apprennent à vivre autrement. Dans ce monde de fertiles ignorants, sans empathie aucune.

Quand j’apprends une grossesse en sachant que les gens n’ont pas galéré, ça me pince le cœur. Je serre les dents. Je trouve toujours ça tellement injuste. Sans parler de ceux qui les enchaînent, et qui même les planifient…

Alors je me dis que ce parcours, ces difficultés, nous ont fait grandir. Nous ont enrichis. Nous ont appris à savourer la vie, à apprécier notre chance, à développer notre empathie et notre sensibilité.

Je ne sais pas comment va évoluer ce blog, mais au fil du temps j’aime savoir qu’il est là, qu’il existe et qu’il peut accueillir mes pensées d’infertile. Je suis devenue maman, mais je suis restée infertile- c’est une évidence qui se rappelle à moi bien trop souvent.

Publié dans Miracle, PMA | Tagué , | 41 commentaires

[RALC] Nouvel épisode

Parce que ça fait toujours plaisir de venir partager nos RALC, et qu’au fond, mieux vaut en rire… (même si parfois c’est dur)

Ma mère, au sujet du Loutron qui nous a fait plusieurs trajets compliqués en voiture (hurlements, pleurs etc): « Quand il aura plus de contraintes à la maison, ça se passera mieux ». Du coup on s’est dit qu’on allait le sangler dans sa chaise haute tous les soirs pour l’habituer.

La tante de Loulou, au sujet de la petite dernière de son fils, toujours allaitée à 7 mois et qui refuse le bib chez la nounou: « Elle a un caractère celle-là, et refuser le biberon quand même, ça va loin… » J’envoie des messages de soutien à la maman, qui visiblement en reçoit peu de sa belle-famille.

Un collègue, à un autre qui vient de nous dire que sa femme a subi une GEU pendant le WE: « Ah c’est au début de la grossesse ? ça faisait que quelques mois du coup. » Bon, on n’est pas tous biologistes, mais quand même……

La tante de Loulou, médecin et mère de 3 enfants, encore elle- au milieu du repas, qui balance en rigolant: « Heureusement que la pilule existe sinon je ne sais pas combien on aurait de gosses haha ! » Ben, un… Ou zéro… (j’ai regardé mon Miracle à ce moment là et il y a eu un grand blanc…) Quand on sait qu’en plus, elle est parfaitement au courant de notre parcours, et que sa belle sœur également présente (la mère de Loulou) a elle-même voulu 3 enfants et a arrêté les essais pour le 3ème après une fausse couche difficile…

Une amie de la belle famille, pendant ce même repas: « J’ai dit à mon chef que j’allais repartir en congé mat, ben oui avec la PMA pour toutes maintenant on peut remettre ça haha »… J’ai fait remarquer que la limite d’âge de 42 ans pour la prise en charge était toujours là, du coup ça a un peu cassé l’ambiance.

Voilà… Depuis que notre Miracle est là je suis plus vindicative sur ces sujets et j’ose dire tout haut ce que je pensais tout bas depuis le début de nos galères, mais que la tristesse m’empêchait d’exprimer. Il y a encore du boulot pour éduquer tout ce petit monde bien-pensant 🙄

Publié dans Famille, Non classé | Tagué | 6 commentaires

8 mois de toi

Le Loutron a eu 8 mois cette semaine. Il a passé quasiment autant de temps dans mon ventre qu’à l’extérieur. Le temps a filé, et en même temps ça me semble loin déjà. Beaucoup de sentiments paradoxaux me remuent. Les premiers mois ont été plutôt difficiles, plein de bonheur et d’angoisse, de culpabilité et de joie, l’impression de vivre un rêve et la peur de se réveiller. Après la naissance, je me suis sentie absorbée, engloutie par ce petit être que j’avais tant attendu. Ses besoins me paraissaient immenses, et après tout ce temps passé à espérer devenir mère j’ai été prise de vertige, une volonté féroce de bien faire et l’impression de disparaître dans ce nouveau rôle.

J’ai mis du temps à trouver un équilibre, à me retrouver, à m’apaiser. A être à la fois maman, femme et épouse, sans culpabiliser, sans me sentir privée de liberté. Ce n’est pas simple de faire la part des choses, de savoir ce qui est dû à nos caractères, à notre parcours d’infertiles, à nos histoires familiales personnelles… Et finalement peu importe. Aujourd’hui nous sommes sereins, le Loutron va bien et nous aussi.

J’ai pu l’allaiter pendant 6 mois, ça a été merveilleux et difficile. Heureusement j’ai trouvé des informations utiles dans mes lectures et du soutien avec la Leche League. Pendant mon congé maternité, le Loutron a tété fréquemment et goulûment. La fatigue n’était pas facile à gérer mais la joie de le nourrir en valait le coup. Et puis une fois habitué au biberon, après quelques semaines compliquées d’adaptation à la crèche, les tétées sont devenues de plus en plus compliquées. Des nuits de trois heures, des réveils toutes les heures, l’épuisement et les pleurs nous ont menés à l’arrêt des tétées. Je pense que nous avons vécu une confusion sein\tétine. La fin de l’allaitement a été une épreuve difficile, j’ai essayé de prolonger le plus possible mais il a fallu se rendre à l’évidence, ça n’allait plus ni pour le loutron ni pour moi. Lui avait faim, et j’étais épuisée. En quelques semaines nous sommes passés aux biberons et petits pots, et j’ai remplacé les tétées par de longs câlins.

Aujourd’hui nous sommes trois, et nous profitons de chaque instant. Notre bébé miracle est là et il nous fait plein de sourires. Il adore la crèche, il éclate de rire quand je lui fait des bisous croquants, il s’agrippe à nous pour rester dans nos bras. Il dort dans sa chambre depuis deux mois, ses nuits sont paisibles et on apprécie de pouvoir dormir à nouveau. Parfois il souffre de coliques et diarrhées, en ce moment il a une otite externe à chaque oreille… les maux ordinaires des bébés qu’on voudrait lui épargner – comme tous les parents. Deux petites dents bien tranchantes ont fait leur apparition.

On parcourt les chemins en porte-bébé et carriole à vélo, il commence à ramper et se déplace en roulades sur le sol.

Profiter de la vie. Tourner la page de la PMA. Enfin.

Bien sûr, nous sommes marqués par notre parcours, par nos échecs. Nous restons pour toujours différents des fertiles, avec cette blessure qui ne se refermera jamais tout à fait. Un avenir différent de ce qu’on avait imaginé se dessine. Différent d’avant la PMA, différent aussi d’après puisque nous n’imaginions plus avoir un « bébé couette ». La vie est précieuse, on se le répète chaque jour ainsi qu’à l’entourage qui semble souvent zapper le chemin qui nous a mené jusqu’au Loutron.

C’est assez effarant, cette tendance qu’ont les gens à oublier notre parcours, nos galères. Comme si ça n’avait pas existé, ou que l’arrivée du Loutron avait tout effacé, tout résolu. Et ces commentaires sur « un deuxième », qui sont tellement à côté de la plaque. Ma mère insiste sur le parcours d’une collègue qui a eu un bébé par DO, et qui d’après elle « y retournera pour le deuxième ». Quel manque de délicatesse, et quel rapport avec nous en fin de compte ? Pourquoi nous raconter cela ?…

Huit mois que nous sommes parents. Et j’ai encore parfois du mal à réaliser que tu es bien là, avec nous. Notre bébé d’amour 💜

Publié dans Famille, Miracle | Tagué , | 32 commentaires

[MILK] RALC, la suite

Le loutron a du mal à s’endormir seul dans son lit (et avec nous aussi). On l’endort souvent dans les bras, dans le porte-bébé, ou au sein. « Il a vraiment pris de mauvaises habitudes ».

Le loutron ne fait pas ses nuits… « Pour le prochain, tu lui donneras un biberon dès la maternité avant de le coucher, comme ça vous pourrez dormir. » « Il a VRAIMENT pris de mauvaises habitudes. » « Vous avez du mal à le lâcher, il sent votre angoisse. »

Le loutron adore téter (comme tous les bébés j’imagine), et quand il est angoissé, fatigué, ou juste dans mes bras et qu’il en a envie, je le mets au sein. « Les bébés allaités sont beaucoup plus angoissés, il n’y a que le sein qui les calme, ils sont complètement dépendants. » « Il y a de plus en plus de jeunes femmes qui ont tout le temps leur bébé au sein comme en Afrique, ça fait bizarre. »

Je continue d’allaiter depuis que j’ai repris le boulot. « Tu vas arrêter quand ? » « Pourquoi tu allaites encore ? » « De toute façon avec la crèche tu vas devoir arrêter. » « Quand il aura des dents tu arrêteras. » « Trois/quatre mois c’est bien, ça suffit. » « Tu as encore du lait ? Tu as de la chance. » 

Nous n’avons pas encore confié le loutron pour sortir à deux, sauf une fois pour quelques heures (sortie au spa et le loutron chez une amie en qui j’ai toute confiance). « Méfie toi, ton couple va en pâtir, après ton mec ira voir ailleurs. » « Pourquoi vous ne voulez pas le laisser pour profiter de moments à deux ? » « Moi/Nous on l’a laissé dès ses 1/2/3 mois aux parents/machintruc pour aller au ciné/… » « C’est pas parce que tu as un enfant que tu dois arrêter de vivre. » « Ça lui fera du bien à lui aussi. » « Il faut l’habituer dès maintenant. »

Quand j’ai eu le malheur de demander des conseils pour faciliter l’endormissement (le loutron avait deux mois à l’époque): « Il faut que tu arrêtes de le porter, ce sera trop dur pour lui quand tu reprendras le travail. » « Le maternage, le portage, le cododo… c’est bien pour les femmes qui arrêtent de travailler pendant un an, mais dans ton cas il faut commencer dès maintenant à préparer la séparation. »

Et bien sûr, « le deuxième c’est pour quand ? » « Maintenant que vous avez trouvé le mode d’emploi vous allez enchaîner » « C’est toujours comme ça, maintenant que le premier est là ça va aller pour les autres » « Il dormira mieux quand vous aurez le deuxième »

Evidemment, dans la suite logique de notre parcours d’infertiles, ma mère est dans le top des auteurs de RALC, souvent basées sur un fond de suspicion concernant notre confiance en nous et notre (trop?) grande proximité avec le Loutron. Il y a eu des moments très difficiles, quand la fatigue se cumule aux remarques qui te sapent ton moral et ta confiance en toi, ça n’aide pas. Maintenant, heureusement, ça va mieux, j’envoie balader celles et ceux qui se permettent de ramener leur fraise sans qu’on n’aie rien demandé et avec un jugement négatif complètement déplacé.

Le Loutron est là et notre vie a changé. C’est un bouleversement, je ne m’y attendais pas – pas autant. Nous sommes toujours sur des montagnes russes, mais maintenant ce sont les montagnes russes de la vie, rien à voir avec celles de l’infertilité qui me plongeaient dans des abîmes de tristesse. Pour autant, je n’oublie pas. Cette semaine j’entendais mon collègue parler – celui qui attend la naissance imminente de son bébé / grossesse C2 annoncée à 1 mois de grossesse – et sans rentrer dans les détails de son discours, je peux dire que mon cœur se serrait et que je revivais en silence des épisodes de notre parcours. L’infertilité m’a blessée, l’arrivée du Loutron m’a réparée, mais la cicatrice restera là pour toujours. Jamais je n’oublierai la chance que nous avons eue, que nous avons.

Publié dans Famille, Miracle | Tagué , | 28 commentaires