[32 SA] Echo T3

Et voilà nous y sommes, enfin, ce jour tant attendu dans ma liste des étapes à franchir pour que le Miracle fasse de nous des parents, pour de vrai, avec un bébé dans les bras. Aujourd’hui, nous franchissons le cap des 32 SA révolues – sortis de la grande prématurité, raccord avec notre notice pour l’agrément, on souffle enfin. Depuis quelques semaines je me sens plus sereine par rapport à cette grossesse, plus optimiste quant à une « issue heureuse », et les mouvements du Loutron aident aussi à maintenir le moral (même si ça me donne aussi trèèès souvent envie de faire pipi, c’est que ça devient serré là-dedans!).

Aujourd’hui, nous avons eu la fameuse écho du 3ème trimestre. Une fois de plus, ce sentiment surréaliste d’avoir autant de chance, de vivre ça, on plane quoi. Et que dire quand tout va bien ? C’est juste fou. Après avoir eu tant d’échos pour mesurer mes follicules, me voilà à mesurer des os, des bras, des jambes, appartenant à un petit bébé qui remue dans mon ventre… Un truc de dingue… La crevette va bien, elle a la tête en bas et le dos à gauche, elle donne des coups de pied dans mes côtes, et elle pèse déjà 2kg200 (« costaud mais pas trop ») – ah oui quand même! On est au max dans quasiment toutes les courbes, ce qui donne une estimation de 3k800 à 4kg pour la naissance « si vous allez au bout ». Quand je pense au nombre de gens qui m’ont répété que j’avais « un petit ventre », je me marre.

Bref, le Loutron est toujours là, il puise mon énergie – pour mon plus grand bonheur, plus que 3 jours à bosser et je pourrai dormir et glandouiller toute la journée (et acheter du matos quand même, va falloir s’y mettre…). Presque plus stressée (profitons, ça ne va sûrement pas durer). J’espère tellement que le train se remplisse vite vite avec toutes celles qui attendent encore, je pense fort à vous ❤

trèfle

Publicités
Publié dans Miracle | Tagué , | 29 commentaires

Je ne m’y fais pas…

Flashback – 3 mois plus tôt:

Lui – le collègue : « Ça y est on arrête l’entraînement! Hahaha. On s’y met vraiment quoi. On va faire un bébé. »

Moi: [Hé ben quel optimisme, si ils galèrent tout le monde sera au courant, pas très malin…]

Lundi – le collègue rentre de vacances:

Moi: « Salut, alors ces vacances c’était bien? »

Lui: « Ouiiiii!!! Je vais être papa!!! » [sourire béat, en attente d’une réaction de joie de la part de la collègue enceinte à qui il vient d’annoncer THE BONNE NOUVELLE]

Choc annonce

Moi: « … » [Il a oublié que j’étais une galérienne ou quoi? J’ai pourtant dit qu’on avait galéré, et en plus, non mais sérieux, déjà ??? Attends c’est quoi là, une C2 ? C’est quoi ce monde de merde putain] « … euh, ben… félicitations » bredouillé dans un demi-sourire en faisant demi-tour pour finir le tour des bonjours du matin et faire le point en tête à tête avec moi-même dans les WC.

OK je constate donc que je ne suis toujours pas réceptive aux annonces, encore moins celles dans ce genre-là, et que seule la présence du Loutron m’évite de m’effondrer en larme dans les chiottes. C’est tellement injuste, je sais qu’il n’y a pas de file d’attente devant le bureau des cigognes mais quand même quoi… Quand je pense à nos années de galère, à toutes celles (et ceux) qui se galèrent encore après des années de combat, et là BAM sans rien faire, sans y penser, ça vient tout seul chez eux… C’est trop injuste, voilà, et ça m’énerve.

Venere couteau

 

La suite: le déjeuner en équipe

Lui: « Un matin je vois un test de grossesse sur le bar, moi j’y comprends rien à ces trucs là hahaha mais dès que j’ai su j’étais trop content hahaha. Par contre il n’y en a pas deux hein, il n’y en a qu’un seul, c’est le doc qui l’a dit, à l’échographie on a entendu le cœur, mais à 6 semaines on voit pas grand chose. »

Cantine choc

Moi: « … » [OK donc c’est une C2 et en plus il nous l’annonce à 6 semaines, même pas le tact d’attendre les fameux 3 mois…]

Les autres collègues n’étant pas beaucoup plus réceptifs que moi, il a fini par changer de sujet, mais ce fut long.

Mardi – esquive des discussions et du déjeuner, besoin d’une pause

Mercredi :

Lui (pensant toujours que la collègue enceinte de l’équipe est intéressée par le sujet): « Ma nana elle est deg, elle est pas immunisée contre la toxo, c’est super relou, va falloir faire gaffe à tout, ça la saoûle vraiment. »

Moi: [Pauvre choute, trop dure la vie de fertile] « Bon ça va si y’a que ça, c’est rien… C’est un détail. » [Laisse tomber je ne vous plaindrai pas, arrêtons là cette conversation]

BREF… Je suis en WE, et ça tombe bien!

Publié dans Non classé | Tagué | 26 commentaires

La PB infertile

Me voilà au début du troisième trimestre de cette grossesse miracle. Déjà, et en même temps, enfin. L’ambivalence des sentiments, et toujours cette impression de rêver, cette difficulté à y croire, cette hallucination quand je me vois dans un miroir, ce besoin de toucher mon ventre pour vérifier que le Loutron est bien là… Il bouge beaucoup, la plupart du temps. J’adore ça, c’est un truc de dingue cette sensation d’avoir une autre vie en soi, un petit corps qui pousse, un mélange de nous, je ne m’en remets pas. Mes nuits sont très agitées, je dors mal, entre les pauses pipi très fréquentes, les mouvements du Loutron, les pensées qui tournent à cent à l’heure, et la chaleur qui s’ajoute, mais ce n’est qu’un détail du quotidien sans grande importance (ma productivité au bureau en pâtit un peu mais on s’en fout).

Je découvre le monde des PB et parfois ça coince un peu: la gynéco qui me prend la tête pour 1 ou 2 kg en trop (alors qu’elle s’en balance de savoir qu’on a visité des urgences), la sage-femme qui nous raconte sa vie et notamment celle de tous les pauvres infertiles miraculés qu’elle connaît (genre ça nous intéresse), la myriade de RALC que je reçois chaque jour – certaines valent le détour, voir plus bas -, les gens qui veulent me laisser passer à la caisse/dans la file d’attente (si je suis debout, que je suis au boulot/au supermarché, je peux bien poireauter 5 minutes, cette compassion me dépasse, j’avais plus besoin de m’asseoir quand j’étais en stim avec des bleus partout)… Bref, j’ai du mal quand mon profil de PB (le ventre rond) me range dans la case des vraies PB (les fertiles). Parce qu’en vrai, j’ai toujours du mal à les voir, ces PB, et j’ai toujours du mal avec les annonces de grossesse, ça m’énerve de voir à quel point c’est facile pour eux (je ne fonds plus en larmes parce que j’ai la chance d’avoir le Loutron, mais ça s’arrête là).

Et puis il y a toutes ces choses que j’avais imaginées, puis rangé au fond d’un placard mental fermé à double tour, et finalement ressorties pour les vivre enfin. Préparer la chambre, choisir le matériel de puériculture, visiter la crèche, aller à des cours de yoga pré-natal, m’entraîner à nouer une écharpe de portage, choisir un prénom…

Quelques RALC croustillantes pour finir, parce que ça soulage un peu de les partager ici:

  • La coiffeuse: « J’ai une copine qui était stérile et je lui ai conseillé de se détendre, ben un mois plus tard elle était enceinte, je suis vraiment contente de l’avoir aidée! » (no comment)
  • La grand-mère: « Ah on est vraiment contents pour vous. Vous auriez pu adopter, mais bon c’est quand même mieux d’avoir le sien. » (euh sinon, on lui parle de notre agrément ou pas?)
  • La belle-mère: « Tu peux boire un peu [d’alcool], le bébé sera un peu saoul mais c’est pas bien grave, nous on le faisait à l’époque. » (désolée Loulou…)
  • Une copine: « Ça te manque pas trop l’alcool ? » (réputation d’alcoolique: check)
  • La même copine: « Mais vous n’allez pas partir en vacances cet été du coup? Bon l’année prochaine tu le laisseras aux grand-parents et tu pourras partir tranquille. » (j’avoue qu’après tant d’années d’attente, j’ai hâte de pouvoir le refiler pour être libre et prendre du bon temps – LOL)
  • Au sujet de l’accouchement, je venais de dire que je souhaitais me passer de la péridurale si cela était possible: « Tu n’as pas peur de souffrir? » (non j’adore ça, je suis maso)
  • Un collègue: « Tu vas voir c’est l’enfer, tu ne peux plus rien faire, ton couple n’existe plus pendant au moins trois ans. » (le mec traumatisé)
  • Une collègue: « C’est pénible d’être enceinte en été, avec la chaleur, tu vas souffrir. » (à noter pour le prochain: planifier selon la saison – LOL BIS)
  • Un autre collègue, à qui je venais de dire que je n’avais pas droit au congé parental car il faut un an d’ancienneté minimum: « Vous vous y êtes mis trop tôt! » (LOL TER)
  • La grand-mère, la belle-mère, la tante: « ça va, elle n’est pas trop grosse » (euh… je suis là… je vous entends…)

Voilà, on en rigole (enfin on essaie) mais les dents grincent un peu quand même…

Pokemon

Publié dans Miracle | Tagué , | 34 commentaires

[28 SA + 4] Bonheur

Publié dans Miracle | Tagué , | 28 commentaires

La fin de la « pièce à linge »

Le jour où… On l’a fait, enfin…

Cette pièce qui servait à tout sauf à ce qu’on avait imaginé en emménageant ici il y a 7 ans. Stocker du bazar, faire sécher le linge, héberger un matelas gonflable… Avec ces murs jaunes que je ne supportais plus !

Un symbole important, une page qui se tourne, et nous qui nous projetons avec un bébé dans cette chambre à aménager, enfin… 💚

Publié dans Miracle | Tagué , , | 44 commentaires

La découverte des urgences

Depuis le début de cette grossesse miracle, médicalement parlant tout se passe bien, et à part des inquiétudes (parfois très fortes) liées principalement à notre expérience d’infertiles looseurs, rien de spécial à signaler.

Ces derniers jours, mes problèmes de transit se sont quand même bien accentués. Premier constat: les fast-foods c’est terminé. Un repas burgers dans une chaîne bien connue, suivi de 4 jours de diarrhée – dont un qui m’a obligée à rester chez moi au lieu d’aller bosser. Petite accalmie, puis je remets ça avec un sandwich chaud d’une autre chaine (ça me semblait moins risqué) – grosses crampes pendant 24h. OK on arrête tout, j’ajoute ces plats de junk-food à ma liste d’interdits alimentaires jusqu’à l’arrivée du Loutron. Les douleurs ont quand même continué, mais en évoluant de l’estomac vers le bas-ventre. Vendredi en rentrant du boulot, la panique prend le dessus: direction les urgences de la maternité.

Nous ne sommes encore jamais allés ni aux urgences, ni à la maternité, c’est une première. Ambiance moderne et glauque, pas de fenêtres ni de déco, une petite salle d’attente remplie de PB, certaines accompagnées de leur homme, d’autres d’un gamin hurlant. Une est tellement énorme et avachie sur sa chaise, j’ai l’impression qu’elle va accoucher là sous nos yeux! Finalement l’attente n’est pas si longue, une bonne heure et on nous emmène. Le personnel soignant est très gentil, nous sommes d’abord pris en charge par une élève sage-femme qui me fait faire pipi dans un pot puis installe un monitoring pour enregistrer les battements de cœur du bébé et d’éventuelles contractions. Nous restons 40 minutes, Loulou, Loutron et moi, à écouter les battements de cœur – quel doux bruit ❤ ça bat la chamade là-dedans, Loulou commente les écrans, les mots « évènement foetal » s’affichent en grand à chaque mouvement de la crevette. La sage-femme revient, elle nous dit être étonnée d’avoir pu si bien enregistrer le rythme cardiaque à ce stade et qu’elle nous a laissés en profiter un peu. J’ai alors droit à un toucher vaginal bien profond et sans gel, pour vérifier l’état du col… Pas très agréable mais ça passe vite. Le col semble bien fermé, mais quelques contractions ayant été enregistrées, le responsable des sage-femmes préfère faire une écho. Nous voilà transférés dans une autre salle, et nous attendons… attendons… C’est l’heure du changement d’équipe, on pense avoir été oubliés mais non, la gynéco de garde finit par venir nous voir. Et c’est parti pour une écho endo-chattale, comme au bon vieux temps! Ah non en fait, ce n’est pas une vraie, elle n’enfonce pas vraiment la sonde (les détails sont importants). Je suis presque déçue… Le col est bien fermé, bien long, bien en arrière, bref tout va bien. Une autre sage-femme débarque, je refais pipi dans un pot et j’ai droit à un prélèvement vaginal (c’est quand même la troisième personne de la soirée qui accède à mon vagin devant les yeux ébahis de Loulou). Et voilà, on peut rentrer chez nous…

J’ai toujours mal, j’ai demandé à chaque soignant quelle en était la cause, aucun ne m’a répondu. Apparemment, tant que le bébé va bien, ça ne les intéresse pas… Dans la précipitation, on ne vérifie pas que notre dossier nous est rendu dans son intégralité; évidemment il manque un truc, le dossier de la maternité que notre gynéco nous demande à chaque RDV. Nous le récupérerons le lendemain sans difficulté.

Me voilà donc arrivée à 24SA + 6, le Loutron est en pleine forme, et moi je douille – quand je bouge, et souvent aussi quand je ne bouge pas. Douleurs ligamentaires? Tensions sur l’utérus? Intestins en galère? Constipation? Un peu tout ça mélangé probablement. L’essentiel est que le bébé aille bien, je suis rassurée sur ce point, mais c’est quand même pénible d’avoir mal. Nous avons notre RDV de suivi mensuel jeudi prochain, j’espère que la gynéco aura des réponses pour expliquer (et peut-être soulager) ces douleurs.

Publié dans Miracle | Tagué | 44 commentaires